Media Announcements

Une nouvelle étude de Catalyst révèle que les employés LGBT font face à des obstacles qui nuisent à leurs chances d’avancement et à leur contribution au travai

Les employés LGBT disent subir une forme d’exclusion au travail et connaissent des difficultés semblables à celles que vivent les femmes.

Même au Canada, où la protection des droits humains des membres de la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre (LGBT) est inscrite dans la loi, les employés LGBT font face à des obstacles qui nuisent à leurs chances d’avancement professionnel et qui, par conséquent, entravent leur contribution éventuelle au succès de leur organisation. C’est la conclusion du troisième rapport de Catalyst sur la création de milieux de travail inclusifs pour les employés LGBT intitulé Building LGBT-Inclusive Workplaces: Engaging Organizations and Individuals in Change. Selon cette étude menée au Canada et parrainée par la Banque Scotia, un manque de sensibilisation peut amener les autres employés à fonder leurs opinions sur des stéréotypes, ce qui est susceptible de créer un milieu de travail hostile aux employés LGBT; d’entraîner des comportements discriminatoires envers eux, comme de l’humour déplacé ou des remarques désobligeantes; de mener à leur exclusion de groupes importants; de réduire leurs chances d’avancement; ainsi que de les priver de modèles.

L’étude donne à entendre par ailleurs que certains employés LGBT ayant une identité « invisible », et ayant choisi de ne pas dévoiler leur orientation, les organisations peuvent avoir du mal à mesurer les avantages, les besoins et les défis propres à ces employés. L’étude fait ressortir également que lorsque les employés LGBT doivent consacrer moins d’efforts à gérer leurs communications avec leurs collègues pour se concentrer davantage sur leur travail, il en résulte des avantages tant pour ceux-ci que pour l’organisation.

« Les dirigeants de sociétés qui comprennent bien les avantages de la diversité ne peuvent qu’être ouverts à l’idée de mettre en œuvre des programmes favorisant l’inclusion des employés LGBT, a déclaré Deborah Gillis, Vice-Présidente, Amérique du Nord, Catalyst. Un milieu de travail inclusif à l’égard des employés LGBT peut accroître l’engagement de ces derniers en leur permettant d’être eux-mêmes sans avoir à constamment se censurer, ce qui réduit les coûts—grâce à une diminution du taux de roulement et à un accroissement potentiel des revenus—puisque les employés LGBT sont ainsi davantage portés à aider l’organisation à exploiter de nouveaux marchés et à fidéliser la clientèle. »

Selon l’étude, les efforts concertés des organisations pour créer des milieux de travail inclusifs pour les employés LGBT, notamment en offrant de la formation sur la diversité, en établissant des réseaux d’employés et en mettant en place des programmes de mentorat, contribuent à sensibiliser le personnel et à détruire les mythes. Cela donne lieu à de meilleures relations de travail de même qu’à une meilleure perception de l’équité au sein du milieu de travail, en plus d’accroître le sentiment de satisfaction professionnelle et l’engagement des employés LGBT envers l’organisation.

« Nous croyons fermement à l’importance de promouvoir des pratiques inclusives et nous sommes d’avis que l’inclusion passe par l’absence de préjugés et de stéréotypes, a déclaré Sylvia Chrominska, chef, Groupe Ressources humaines et communications mondiales. Nous saluons le travail de Catalyst qui procure aux sociétés canadiennes de l’information utile pour poursuivre la réflexion sur la nécessité d’inclure les employés LGBT dans le cadre d’une stratégie bien équilibrée en vue de réaliser pleinement la diversité. En tant qu’employeur de choix reconnu, la Banque Scotia est consciente depuis longtemps de l’importance de l’inclusion. »

Dans le cadre de sa série d’études sur les employés LGBT, Catalyst a étendu la diversité sexuelle à tous les employés LGBT, reconnaissant ainsi que les femmes peuvent s’identifier comme lesbiennes, gaies, bisexuelles ou transgenres. L’étude lève le voile sur les défis auxquels font face les femmes LGBT. Même si peu de différences ont été notées entre les réponses fournies par les hommes et celles fournies par les femmes, on constate tout de même que plus de femmes que d’hommes trouvent leur milieu de travail peu convivial.

  • 76% des femmes LGBT, par rapport à 85% de l’ensemble des répondants, ont indiqué que la direction était à l’aise dans ses interactions avec elles.
  • 70% des femmes LGBT ont indiqué que la direction évalue leur rendement de façon équitable, par rapport à 80% des hommes LGBT et à 77% des hommes et femmes non LGBT.
  • En moyenne, les femmes LGBT ont fait part de leur orientation à 50% de leurs collègues, comparativement à 72% des hommes LGBT.

Selon l’étude, les employés LGBT qui travaillent au sein d’organisations ayant mis en place des pratiques d’inclusion efficaces ont de meilleures relations de travail avec leurs collègues et témoignent d’un plus grand engagement envers l’organisation et d’une plus grande satisfaction professionnelle (ce qui entraîne une productivité accrue), que les employés LGBT qui travaillent pour des organisations n’ayant pas instauré de telles pratiques. Catalyst formule un certain nombre de recommandations afin d’aider les organisations à favoriser l’inclusion de leurs employés et à parfaire leur image « d’employeur de choix », notamment :

  • Sensibiliser l’ensemble de leur personnel—cerner et aborder les problèmes auxquels font face les employés LGBT à l’échelle de la société.
  • Mettre en place un programme de formation afin de détruire les mythes et les stéréotypes à l’égard de la communauté LGBT.
  • Aider les employés LGBT à trouver des mentors et à adhérer à des groupes d’employés.
  • Établir comme objectif de base la production de communications conséquentes et inclusives. 

La Banque Scotia a parrainé l’étude Building LGBT-Inclusive Workplaces: Engaging Organizations and Individuals in Change.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la création d’un milieu de travail inclusif, veuillez consulter le site www.catalyst.org. Les représentants des médias peuvent communiquer avec Charmain Emerson, au numéro 416-588-8514, ou à l’adresse [email protected]; ou avec Susan Nierenberg, au numéro 646-388-7744, ou à l’adresse [email protected].
 

À PROPOS DE CATALYST
Fondée en 1962, Catalyst est la principale association mutuelle sans but lucratif qui travaille à l’échelle mondiale avec les sociétés et les associations professionnelles pour créer des milieux de travail inclusifs et accroître les possibilités pour les femmes et les entreprises. Présente aux États-Unis, au Canada et en Europe, et comptant plus de 400 sociétés prestigieuses parmi ses membres, Catalyst est la source la plus fiable d’études, de renseignements et de conseils à propos de la situation des femmes au travail. Catalyst honore chaque année, par la remise du prix Catalyst, des initiatives exemplaires mises en œuvre par des organisations afin de promouvoir l’avancement des femmes.